Viols au lycée 05

Bdsm

Viols à l’université Ch 5 La nouvelle prof

High School Rape Club – V

Coulybaca / Black Demon

***************************

Cette histoire se suffit en elle même,

cependant elle est aussi la suite logique de

High School Rape Club 1, 2, 3 & 4″ (Viols au lycée Ch1, 2, 3 & 4)

********************************

Remarque : tous les protagonistes de cette histoire ont plus de 18 ans.

Cheryl Dawson était follement heureuse d’avoir dégoté un poste au lycée de Porterville, qui était considéré comme le meilleur lycée de l’état sur ces dix dernières années.

L’année précédente on lui avait confié une classe d’ados, elle était prête à s’installer avec son mari à Junction City dans le sud profond où Jeff son mari pouvait obtenir sa mutation et où elle pourrait prendre en main une classe des élèves plus âgés.

A 25 ans, mariée depuis 1 an à son amour d’enfance, Cheryl avait postulé pour Porterville juste après avoir obtenu son diplôme d’enseignante, elle voulait prendre place sur la liste des candidats à un poste d’enseignant dans ce lycée, sachant qu’il fallait généralement attendre 5 bonnes années avant de voir exaucer ses vœux.

Le fait d’être une ancienne du lycée lui donnait une certaine bienveillance de la direction sinon une certaine priorité, d’autant plus qu’elle y avait été chef de classe, membre des représentants d’élève et pom-pom girl.

Avec ses prévalences, Cheryl supposait que se serait l’histoire de quelque temps pour qu’apparaisse une opportunité au vu du nombre de responsables qui savaient son profond désir de revenir enseigner dans son ancien lycée.

En fait, elle espérait enseigner au coté de Gayle Meese, maintenant madame Gayle Benton, sa grande sœur de fraternité qui avait été nommée à Porterville un an après avoir obtenu son diplôme.

Aussi lorsqu’elle reçut un coup de fil de monsieur Grant le principal du lycée tout début juillet, elle apprit avec joie qu’il y avait une ouverture et qu’il voulait la rencontrer pour en discuter.

Lors de son entrevue avec monsieur Grant, elle apprit avec stupeur que c’était justement Gayle Benton qui devait quitter brusquement son poste, apparemment son mari s’était vu transféré dans une branche européenne de la compagnie dans laquelle il travaillait.

Lorsqu’elle avait rencontré Gayle à la dernière réunion de leur confrérie à Noé dernier, elle lui avait confié combien elle était heureuse d’enseigner au lycée de Porterville lui promettant de lui téléphoner dès qu’une opportunité de la rejoindre se ferait jour.

De ce fait, Cheryl avait été extrémement surprise que Gayle ne l’ait pas appelée, elle conjoncturait que la mutation de son mari avait du être diablement brutale pour qu’elle quitte Porteville sans tambour ni trompette.

En fait Gayle n’avait pas oublié de téléphoner à sa petite sœur de fraternité, lorsqu’elle avait pris la décision de quitter Porterville, c’était délibérément qu’elle ne l’avait pas fait espérant que son amie n’entendrait jamais parler de la vacance de son poste.

Gayle avait vécu une année enthousiasmante jusqu’aux derniers jours de l’année scolaire.

Elle avait adoré enseigner dans cet établissement réputé pour son excellence et son haut niveau d’étude.

Cependant le rêve de la belle Madame Gayle Benton, avait tourné au cauchemar le dernier jour de l’année scolaire.

Comme n’importe quel autre collège, Porterville avait ses fruits pourris et entre autres ceux qui avaient pour tous talents d’être d’excellents basket-teurs.

Et bien entendu, ces gaillards ne s’intéressaient absolument pas à la chose scolaire.

Elle ne voulait pas leur octroyer de notes leur permettant de passer dans la clase supérieure s’ils ne le méritaient pas, ils détestaient ces ensei-gnants qui ne considéraient pas qu’ils étaient justes là pour jouer au basket et porter haut les couleurs de Porterville.

Gayle leur apparaissait comme une prof anachronique qui considérait que mieux valait une tête bien pleine que des pectoraux développés, ils l’avaient surnommée ‘la frigide petite pute cette salope qui ne voulait pas comprendre qu’ils étaient là pour jouer au basket.

Marcus Green le capitaine de l’équipe de basket B ne s’intéressait qu’au basket, il espérait parvenir un jour à jouer en ligue nationale.

Mais pour Marcus et ses coéquipiers noirs de l’équipe B, le B.B pour équipe B de Basket s’était transformé en Gang des grosses bites noires.

Et comme s’était vraiment un enculé, il avait développé un penchant pour… Pour les chattes des blanches!

En tant que capitaine de l’équipe de basket B, Marcus adorait se relaxer, et plus encore s’allonger sur de ravissantes putes blanches.

Leur première malheureuse victime avait été Lori Baxter, une blonde pom-pom girl très sexy, ils s’étaient emparés d’elle sur son chemin de retour après un match de basket.

Marcus et ses comparses l’avait maintenue au sol pendant que Joey vio-lait cette chaude petite chienne, lui dépucelant le cul alors qu’elle luttait pour rester vierge.

Puis ils l’avaient üniversiteli gaziantep escort sautée chacun à leur tour, la partousant en chœur l’en-culant férocement alors qu’elle avait déjà une bite dans le con et une au-tre en bouche.

Julie Norris un rouquine une des joueuses de l’équipe de basket fémi-nine avait été leur seconde victime, Julie venait de remporter son championnat grâce à sa vitesse d’exécution, mais cette vitesse n’avait pas suffi à la sauver de l’attaque du gang des bites noires alors qu’elle retournait chez elle après un jour de classe.

C’est Toby Hopkins qui avait eu la joie et l’honneur de cueillir son pucelage, Marcus maintenant sa main serrée contre sa bouche alors que le jeune colosse noir plongeait sa grosse bite dans son étroite petite chatte.

Volontairement, Gayle Benton ne l’avait pas avisée de la vacance de son poste, elle avait été victime des menées du gang des bites noires de Porterville.

Ils l’avaient accostée le dernier jour de classe de l’année, l’avaient rete-nue captive dans sa salle de classe et lui avaient fait endurer une épreuve qu’elle n’avait rapporté ni à la police ni à ses amies les plus proches.

La sœur de fraternité de Cheryl avait demandé sa mutation pour Londres pour accompagner son mari qui était transféré à la branche européenne.

C’était une sacrée promotion pour Jeff Benton, il se préparait à affronter la volonté de sa femme qui voulait rester à Porterville, mais elle avait soudain changé d’opinion et avait décidé de partir pour Londres dès le début de juillet.

En fait elle cherchait à fuir les horreurs qui l’attendaient si elle était restée enseigner à Porterville, elle était certaine que Marcus et sa bande n’hési-teraient pas à la faire chanter, la réduisant à une sorte d’esclavage sexuel en échange de leur silence.

Epinglée sur le bureau d’où elle enseignait les maths à la classe des deuxièmes années elle s’était fait impitoyablement violer.

La possibilité d’échapper à ces vils salauds en quittant Porterville l’avaient délivrée de la peur et des appréhensions qui la hantaient, tout au moins jusqu’à la semaine précédente lorsqu’elle s’était rendue compte qu’ils l’avaient engrossée.

Elle devait donc consulter un registre des lois locales pour se documenter sur réglementation en vigueur régissant les avortements.

Six semaines plus tard, Gayle et son époux commençaient à rechercher un domicile à Londres ainsi que les magasins où se fournir et s’équiper.

Mais Gwen devait accomplir personnellement une chose bien particu-lière, elle devait dénicher un médecin ou une clinique pratiquant les avor-tements.

Elle s’était fait violer le dernier jour de l’année scolaire par le gang des grosses bites noires, elle était grosse des oeuvres de l’un d’eux, exacte-ment comme Marcus Green l’avait cyniquement espéré en gloussant tandis qu’ils la baisaient à couilles rabattues.

Le cœur de Gayle s’affola en lisant que son amie Cheryl Dawson allait la remplacer, elle priait pour qu’elle ne subisse pas le même sort.

Elle n’avait pas oublié d’appeler sa petite sœur lorsqu’elle avait pris la décision de quitter Porterville en fait c’est délibérément qu’elle ne lui avait pas téléphoné, espérant qu’elle n’aurait pas vent de la vacance de son poste, elle ne voulait pas l’informer de son triste sort.

-Devrai-je l’appeler pour la mettre en garde?

-Dois-je lui confier ce qui m’est arrivé? Se demandait-elle, mais la simple pensée de devoir rapporter le sauvage viol qu’elle avait subi entre les malins de ses ignobles agresseurs noirs qui avaient rava-gé son corps.

De retour à Porterville, vêtue d’une tenue sportive et portant des tennis aux pieds, Cheryl venait de dépoussiérer sa classe après les deux mois de vacances, un chiffon mouillé en main elle s’attaquait à son bureau.

Comme elle remplaçait son amie Gayle et qu’elle allait occuper la même salle classe, Cheryl ce dit qu’elle mettait les pieds dans les pas de sa grande sœur de fraternité.

En essuyant la surface de son bureau, Cheryl pensait :

-Je vais reprendre ses cours de maths, assise à son bureau!

Cheryl essuyait la poussière du bureau avec le chiffon mouillé utilisant le long ongle de son pouce pour gratter quelques taches séchées qui résis-taient.

Si elle avait su que la dernière fois que ce bureau avait été utilisé, le dernier jour de la dernière année scolaire son amie était étendue nue en travers du bureau, alors que les membrés gang des grosses bites noires se succédaient dans son intimité.

Ces taches séchées représentaient les dernières traces de cette mémo-rable journée.

Elle prit le seau d’eau sale et le jeta dehors avant d’aller le remplir à nouveau. Cheryl remarqua alors plusieurs étudiants qui mimaient des dribbles de basket, sortant de la salle de gym.

Alors que les 4 ados poursuivaient leur chemin, Cheryl sentit un vent de nervosité la gagner à la vue de ces musculeux jeunes noirs.

Mais peut-être bien gaziantep üniversiteli escort que c’était autre chose qui la rendait nerveuse… Ils étaient tous COLOSSAUX et NOIRS!

Gwen était proche de la panique lorsqu’un des jeunes jouant avec le bal-lon lui souhaita :

-Bon après-midi madame… Vous devez être une nouvelle enseignante! Je m’appelle Marcus Green, je suis capitaine de l’équipe B… De l’équipe de basket veux-je dire…

Puis il lui présenta ses copains, elle sourit et répliqua :

-Heureuse de vous rencontrer… Je suis madame Dawson et je vais enseigner les maths aux deuxièmes années…

-Et madame Benton? Elle ne revient pas cette année? Demanda l’un des joueurs.

-Son mari a été muté à Londres, apparemment ils ont du déménager précipitamment… Répliqua Cheryl calmement.

-Connaissez-vous madame Benton? L’interrogea suavement le dé-nommé Marcus.

-Oh oui… Rétorqua Cheryl Nous étions ensemble au collège!

-Madame Benton était une excellente enseignante… Et très jolie de surcroît! Commenta Marcus nous avons tous participés à ces cours dans cette salle!

Cheryl était loin de se douter du double sens de ces mots, il ne parlait pas de ses cours de maths, mais bel et bien du viol de cette ravissante prof sur le bureau duquel elle délivrerait bientôt son enseignement.

Puis un des ados nommé Joey lui sourit à pleines dents et ajouta :

-C’est sûr c’était ma prof favorite!

Puis les quatre jeunes gars la quittèrent poliment sur un dernier au revoir madame convivial.

Cheryl se sermonna d’avoir ressenti cette pointe de nervosité lorsqu’elle les avait vus s’approcher d’elle.

Elle était fort surprise de constater leur politesse qui détonnait de la part d’étudiants actuels, et maintenant elle était plus que ravie de pouvoir enseigner dans son ancien lycée.

Cheryl ne se doutait pas qu’en fait Marcus et sa bande l’avaient dupée.

Puis elle avait rencontré un de collègues à qui elle venait d’être présen-tée plus tôt qui se montra fort surpris de la voir déjà là milieu de l’été, elle lui répondit

-J’ai pensé que je pourrai venir aujourd’hui visiter ma classe, mon mari a du s’absenter jusque tard demain soir.

-Bordel, elle est drôlement mignonne la nouvelle prof les gars!

-Sûr… Une belle petite à baiser! s’exclama Marcus à l’adresse de ses comparses une fois la porte du lycée franchie.

-Putain, je me demande si on ne ferait pas mieux de revenir sur nos pas pour l’aider à s’installer dans sa classe… L’aider à s’allonger sur son bureau… Et la faire tortiller du cul à poil sur son bureau! Ricanait Toby.

-Bordel de merde, y a trop de monde pour l’instant, trop de monde qui préparent les classes pour la rentrée! Un seul cri et on l’aurait dans le cul! Et comme je viens tout juste d’avoir 18 ans je serai bon pour 20 ans de taule les avisa Tyrone l’air sombre.

Marcus gloussa, la main pointée sur l’énorme bosse qui déformait l’avant du short de Toby, en signalant aux autres :

-Hey les gars, regardez Toby… Rien que l’idée de sauter cette pe-tite pute et il se tape une gaule pas possible!

Explosé de rire il ajouta :

-Lorsque l’école fermera, ils ne vérifieront pas qui stationne dans le parking des profs! On va y ranger la voiture ainsi nous pourrons suivre cette ravissante petite salope jusque chez elle, et peut-être bien qu’on pourra profiter d’une opportunité de s’la faire! Je l’ai entendue dire à cette vieille baderne de Norton que son mari ne rentrerait pas avant tard demain soir! Bordel ce qu’elle doit être bonne à baiser! On pourrait peut être goûter à sa petite chatte sans trop attendre! Je parie qu’elle doit être bien douce et juteuse!

Une heure plus tard, Cheryl fermait à clef sa porte de salle de classe et chargée du seau et des chiffons qu’elle avait apporté, elle se dirigeait vers le parking et chargeait son équipement dans le coffre.

Elle grimpa à sa place et mit le moteur en route, puis elle quitta le par-king après avoir bouclé sa ceinture de sécurité.

Elle se glissa alors dans le trafic pour retourner chez elle à 5 km de l’école.

Insouciante elle n’avait pas remarqué la voiture argentée qui était sortie du parking derrière elle et qui la suivait maintenant à une courte distance.

Marcus pensait qu’il s’agissait juste d’une filature préparant une future visite à la ravissante prof de maths et surtout de savoir si le voisinage décourageait les rôdeurs.

Toutefois, alors qu’il se garait au coin de la rue, à la vue de la charmante jeune femme sortant de sa voiture rangée dans son garage, Toby avait sorti sa bite et se branlait à ses cotés se souciant peu de savoir si ses copains assistaient au spectacle, il grognait :

-Bordel, Je ferai n’importe quoi pour fourrer ma grosse bite dans la chatoune de cette somptueuse pute! Elle semble vraiment très in-nocente et naïve pour une prof! Je parie que la baiser dans sa maison sera bien plus facile que dans sa foutue classe…

-Putain gaziantep üniversiteli escort bayan tu ferais mieux d’arrêter de te branler avant de gicler sur le siège espèce de trou du cul! l’engueula abruptement Marcus.

Cheryl était entrée dans sa cuisine et sortait une boite de jus d’orange de son frigo.

En finissant de vider le verre cette boisson rafraîchissante qu’elle s’était servie Cheryl jeta un oeil sur les fleurs qu’elle venait de planter dans le parterre derrière la maison, puis elle posa le verre vide dans l’évier avant de monter à l’étage pour prendre une douche.

Si elle était restée quelques secondes de plus dans la cuisine, Cheryl aurait vu des importuns sauter la clôture de bois de l’arrière cour prenant pied dans sa propriété.

Cheryl disposa une tenue propre sur l’arête de la baignoire comme elle le faisait d’habitude, puis elle enleva sa robe, son soutien-gorge et sa petite culotte tout en testant la chaleur de l’eau de la douche avant de pénétrer dans la cabine.

Comme elle se pensait seule dans sa maison, la porte de la salle de bain n’était pas verrouillée, elle était même restée entrebâillée.

Elle se savonna sous l’eau chaude qui cascadait sur son corps, elle avait le dos tourné vers la porte de la salle de bain, elle était totalement inconsciente que trois vils agresseurs se glissaient discrètement dans la salle de bain.

-Aieeeeeeeeeeee hurla-t-elle lorsque la porte de la cabine de douche fut brutalement ouverte, son cri fut tout de suite étouffé par la grosse main calleuse qu’un de ses agresseurs plaquait sur sa bouche.

Elle reconnut un des adolescents qu’elle avait rencontré dans le hall du lycée, le nommé Toby qui la maintenait fermement tout en la traînant hors de la cabine.

Extraite de la cabine de douche ou l’eau de la douche continuait à s’écouler, elle se mit à trembler en reconnaissant le chef de la bande, celui qui s’était présenté sous le nom de Marcus Green.

-Hello prof! Nous représentons le comité d’accueil de Porterville… Et comme t’es une toute nouvelle enseignante on est venu t’accueillir pour faciliter ton insertion dans notre petite communauté! Exposait ironiquement le chef de la petite bande.

Puis comme Toby l’entraînait plus loin, elle entendit Marcus lui indiquer :

-Tiens la bien Toby! Notre mignonne petite prof n’a pas eu le temps de rincer sa petite chatoune! Cela risque de donner un goût de savon à sa chatte lorsqu’on voudra lui bouffer le gazon! Je n’aime pas trop le jus de chatte savonneux!

Elle observait stupidement le vil ado mettre en coupe sa main sous le jet de la douche pour recueillir assez d’eau pour lui rincer ensuite la fou-foune.

Tout en promenant sa main nue sur son ventre et son mont de venus, Marcus jubilait de voir de grosses larmes perler à ses paupières alors que son doigt tendu franchissait la jointure de ses cuisses pour parcourir sa fentine ce qui la fit frissonner de répulsion.

Comme Toby s’efforçait de l’entraîner hors de la salle de bain, Tyrone lui prit les jambes pour aider son copain, Marcus ferma la douche avant de les rejoindre dans la chambre principale.

Joey avait tout filmé depuis le début de l’agression dans la cabine de douche jusqu’à son transport dans la grande chambre.

Tenue fermement sur le grand lit, les poignets bloqués au-dessus de la tête, une des mains de Toby plaquée sur la bouche alors qu’il brandissait l’autre de façon menaçante devant son visage tout en la prévenant :

-Je ne voudrai pas avoir à te foutre ma main sur la gueule ma petite prof chérie! Vas-tu te calmer? C’est d’accord?

Tremblante de peur Cheryl sentit que Toby libérait sa bouche alors que Tyrone posait un cran d’arrêt sur sa table de nuit, puis paniquée, elle sentit quelqu’un empoigner son entrecuisse alors qu’on écartait ses cuis-ses en grand.

-Oh mon Dieu… Oh, mon Dieu… Mon Dieu… Nonnnnnnnnnnn! Sanglotait Cheryl alors que Marcus sortait entièrement nu de la salle de bain tenant dans sa main sa petite culotte rose dans laquelle il se branlait furieusement.

Puis il la remonta sur ses narines savourant visiblement ses flagrances intimes.

Un mouvement attira son oeil, elle se focalisa sur la grosse bite noire pendant entre ses cuisses maintenant, clairement visible maintenant qu’il en avait le petit rempart rose.

-Oh mon Dieu son membre est bien plus gros que celui de Jeff! Réalisa-t-elle à la vue de l’épaisse queue ébène.

Les yeux écarquillés par l’incrédulité elle était fascinée par l’épaisse mentule qui palpitait entre ses cuisses se tenant selon un angle de 45°.

Puis il enveloppa sa bite dans sa petite culotte rose et il recommença à se branler âprement.

-Non… Non, je vous en prie… Je vous en prie, nonnnnnnnn… Se lamentait-elle alors qu’il s’approchait du lit se penchant sur elle.

Le sourire démoniaque qu’il arborait, sa façon salace de se pourlécher les babines l’affolait totalement.

-Oh mon Dieu… C’est un fou… Un dément… Se disait-elle en le voyant frétiller de la langue les yeux braqués sur elle.

-Nonnnnnnn… Nonnnnnnn… Arrêtez, arrêtezzzzzzz… Pleurnichait-elle alors qu’il posait les mains sur la face interne de ses cuisses enfouissant son visage démoniaque dans son entrecuisse.

-Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh! Gémit-elle alors en secouant frénétiquement sa tête, ses longs cheveux blonds fouettant l’oreiller alors que sa langue s’enfonçait dans sa caverne la rendant folle.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir